Le tre mani


Jean-Philippe Rameau (1683 - 1764): Les Trois Mains (da Nouvelles Suites de Pièces de Clavecin, c1726-27: n. 4 della Suite in la minore). Alberto Chiari, clavicembalo, e Clément Lefebvre, pianoforte.
Forse bisognerebbe avere una terza mano per eseguire questo brano di Rameau, che ricorda un po’, nello spirito frizzante, le sonate di Domenico Scarlatti 🙂


Rameau_3Mains1

La Nuit

Scena dal film Les Choristes (2004) di Christophe Barratier. Il coro dei ragazzi esegue la Hymne à la nuit composta da Joseph Noyon (1888 - 1962) sopra un tema tratto dalla tragédie lyrique Hippolyte et Aricie (1733) di Jean-Philippe Rameau.

Ô Nuit!
Viens apporter à la terre
Le calme enchantement de ton mystère.
L’ombre qui t’escorte est si douce,
Si doux est le concert de tes voix chantant l’espérance,
Si grand est ton pouvoir transformant tout en rêve heureux.

Ô Nuit!
Ô laisse encore à la terre
Le calme enchantement de ton mystère.
L’ombre qui t’escorte est si douce.
Est-il une beauté aussi belle que le rêve?
Est-il de vérité plus douce que l’espérance?


Auguri a Gérard Jugnot nel giorno del suo 69° compleanno 🙂

I Ciclopi


Jean-Philippe Rameau (1683 - 1764): Les Cyclopes, rondeau, dalla Suite in re minore per cla­vi­cem­balo (Pièces de clavessin avec une Méthode pour la méchanique des doigts, 1724). Christophe Rousset al clavicembalo, o altrimenti Grigorij Sokolov al pianoforte.


Les Cyclopes

Il rondeau del calumet

Jean-Philippe Rameau (25 settembre 1683 - 1764): Rondeau des sauvages («Forêts paisibles»), dall’ultimo atto delle Indes galantes (1735). Patricia Petibon, soprano (Zima); Nicolas Rivenq, baritono (Adario); Les Arts Florissants, dir. William Christie.


Lo stesso brano eseguito alla bersagliera, in concerto, dai Musiciens du Louvre diretti da Marc Minkowski, con i cantanti Magali Léger e Laurent Naouri.

Zima, Adario :

Forêts paisibles, forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos cœurs.
S’ils sont sensibles, s’ils sont sensibles,
Fortune, ce n’est pas au prix de tes faveurs.

Chœur des Sauvages :

Forêts paisibles, forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos cœurs.
S’ils sont sensibles, s’ils sont sensibles,
Fortune, ce n’est pas au prix de tes faveurs.

Zima, Adario :

Dans nos retraites, dans nos retraites,
Grandeur, ne viens jamais
Offrir tes faux attraits!
Ciel, ciel, tu les as faites,
Pour l’innocence et pour la paix.

Chœur des Sauvages :

Forêts paisibles, forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos cœurs.
S’ils sont sensibles, s’ils sont sensibles,
Fortune, ce n’est pas au prix de tes faveurs.

Zima, Adario :

Jouissons dans nos asiles,
Jouissons des biens tranquilles!
Ah! peut-on être heureux,
Quand on forme d’autres vœux?

Chœur des Sauvages :

Forêts paisibles, forêts paisibles,
Jamais un vain désir ne trouble ici nos cœurs.
S’ils sont sensibles, s’ils sont sensibles,
Fortune, ce n’est pas au prix de tes faveurs.


Les Indes galantes, frontespizio