Prima di sposarvi, pensateci bene

Anonimo (sec. XV): Filles à marier, chanson a 4 voci. Interpreti non identificati.



Gilles Binchois (c1400 - 1460): Filles à marier, chanson a 4 voci. Ensemble «Gilles Binchois», dir. Dominique Vellard, e Comet Musicke.
Una delle più interessanti chansons d’autore del Quattrocento: composta sopra il testo della chanson di cui sopra, consistente in un severo ammonimento.

Tenor :

Se tu te marieras,
tu t’en repentiras.
Et quant? Et quant?
Avant qu’il soit ung an.

Cantus &c:

Filles à marier,
ne vous mariez ja
se bien vous ne sçavés
quel mary vous prendra:
car, se jalousie a,
jamais ne vous ne luy
au cuer joye n’ara.
Et pour ce pensés y.

Dueil angoisseux, rage desmesurée

Gilles Binchois (c1400 - 1460): Dueil angoisseux, chanson a 4 voci su testo di Christine de Pizan (Cristina da Pizzano, 1365 - c1430). Ensemble Asteria: Sylvia Rhyne, soprano; Eric Redlinger, liuto.
Versi composti dalla poetessa a seguito della morte del marito Étienne de Castel, notaio e segretario del re di Francia, vittima di una epidemia nel 1390.

Dueil angoisseux, rage desmesurée,
Grief desespoir, plein de forsennement,
Langour sansz fin et vie maleürée
Pleine de plour, d’angoisse et de tourment,
Cuer doloreux qui vit obscurement,
Tenebreux corps sur le point de partir
Ay, sanz cesser, continuellement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Fierté, durté de joye separée,
Triste penser, parfont gemissement,
Angoisse grant en las cuer enserrée,
Courroux amer porté couvertement
Morne maintien sanz resjoïssement,
Espoir dolent qui tous biens fait tarir,
Si sont en moy, sanz partir nullement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Soussi, anuy qui tous jours a durée,
Aspre veillier, tressaillir en dorment,
Labour en vain, à chiere alangourée
En grief travail infortunéement,
Et tout le mal, qu’on puet entierement
Dire et penser sanz espoir de garir,
Me tourmentent desmesuréement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Princes, priez à Dieu qui bien briefment
Me doint la mort, s’autrement secourir
Ne veult le mal ou languis durement;
Et si ne puis ne garir ne morir.

Triste plaisir et douleureuse joye

Gilles Binchois (c1400 - 1460): Triste plaisir et douleureuse joye, rondeau a 3 voci su testo di Alain Chartier. Lena Susanne Norin, contralto; Susanne Ansorg, viella e ribeca; Randall Cook, viella e viola da gamba.

Triste plaisir et doulereuse joie,
Aspre doulceur, reconfort ennuyeux,
Ris en plourant, souvenir oblïeux
m’acompangnent, combien que seule soie.
  Embuchez sont, afin qu’on ne les voie,
  Dedens mon cuer, en l’ombre de mes yeux:
  Triste plaisir et doulereuse joie,
  Aspre doulceur, reconfort ennuyeux.
C’est mon tresor, ma part et ma monjoie.
De quoy Dangier est sur moy envïeux:
Bien le sera, s’il me voit avoir mieulx
Quant il a dueil de ce qu’Amours m’envoie.
  Triste plaisir et doulereuse joie…

Musique fait deul

Johannes Ockeghem (fra il 1410 e il 1430-1497): Mort tu as navré / Miserere, motet-chanson a 4 voci, composto in morte di Gilles Binchois (1460). Ensemble Graindelavoix, dir. Björn Schmelzer.

Cantus :

Mort, tu as navré de ton dart
le père de joieuseté
en desployant ton estendart
sur Binchois, patron de bonté.
Rétoricque, se Dieu me gard,
son serviteur a regretté.
Musique par piteux regard
fait deul et noir a porté.
En sa jeunesse fut soudart
de honorable mondanité.
Puis a esleu la meilleure part,
servant Dieu en humilité.

Son corps est plaint et lamenté
Qui gist sous lame.
Hélas plaise vous en pitié
Prier pour l’âme!
Pleurez, hommes de feaulté,
Faites reclame,
Vueillez vostre université
Prier pour l’âme!
Tant lui soit en crestienté
Son nom est fame
Qui détient grant voulanté.
Prier pour l’âme!

Tenor, Bassus I e II :

Miserere pie Jhesu Domine, dona ei requiem.
Quem in cruce redemisti precioso sanguine,
pie Jhesu Domine, dona ei requiem.


Lo stesso brano arrangiato per quintetto di strumenti ad ancia da Raaf Hekkema. Calefax Reed Quintet.


Ockeghem, Mort tu as navré / Miserere

Amours mercy

Gilles Binchois (c1400 - 1460): Amours mercy, chanson a 3 voci. En­sem­ble «Gilles Binchois», dir. Dominique Vellard.

Amours mercy de trestout mon pooir,
Tant que je puis, quant il m’a fait choisir.
Tant doulcement et tout a mon vouloir,
Agatie m’a un tres riche plaisir.
Chescune fois que j’en ay souvenir,
Le cuer de moy em devient tout joieux.
Prende ne puis nul espoir douleureux,
Si richement l’ay choisy a mon gré
Et pour Amours qui le m’a commandé.

Et puisqu’Amours veult mon cuer esmovoir
D’estre loyaul et de bien obeir
Celle par qui tant de biens puis avoir,
Que par rason il me doibt bien souffrir,
Comment donques porai ge defaillir
Que de obeir ne fusse bien songneus?
De plus doulce ne puis estre amoureux
Que de celloy a qui me suis donné
Et pour Amours qui le m’a commandé.

De plus en plus

Gilles Binchois (c1400 - 1460): De plus en plus se renouvelle, rondeau a 3 voci. Ensemble «Gilles Binchois», dir. Dominique Vellard.

De plus en plus se renouvelle,
ma douce dame gente et belle,
ma volonté de vous veir.
Ce me fait le tres grant desir
que j’ay de vous ouir nouvelle.

Ne cuidiés pas que je recelle
comme a tous jours vous estes celle
que je vueil de tout obeir.
  De plus en plus se renouvelle
  Ma douce dame gente et belle
  Ma volonté de vous veir.

Helas, se vous m’estes cruelle
J’auroie au cuer angoisse telle
Que je voudroie bien morir
Mais ce seroit sans desservir
En soustenant vostre querelle.

  De plus en plus se renouvelle
  Ma douce dame gente et belle
  Ma volonté de vous veir.
  Ce me fait le tres grant desir
  Que j’ay de vous ouir nouvelle.