Fantasia seria

Érik Satie (1866 - 1925): La belle excentrique, « fantaisie sérieuse » (1920), versione per pianoforte a 4 mani. Aldo Ciccolini e Gabriel Tacchino.

  1. Grande ritournelle
  2. Marche franco-lunaire
  3. Valse du mystérieux baiser dans l’œil
  4. Cancan Grand-Mondain

Tre Pezzi a forma di pera

Érik Satie (1866 - 1° luglio 1925): Trois Morceaux en forme de poire per pianoforte a 4 mani (1903). Alexandre Tharaud e Eric Le Sage.

    Manière de Commencement
    Prolongation du même [2:38]

  1. Lentement [3:30]
  2. Enlevé [4:44]
  3. Brutal [7:15]
    En plus [9:08]
    Redite [11:52]

Cinque Notturni

Érik Satie (1866 - 1° luglio 1925): Cinq Nocturnes per pianoforte (1919). Pascal Rogé.

  1. Doux et calme (à Madame Marcelle Meyer)
  2. Simplement (à André Salomon) [3:21]
  3. Un peu mouvementé (à Madame Jean Hugo) [5:26]
  4. ♪ = 92 (à Madame la Comtesse Étienne de Beaumont) [8:30]
  5. ♩‧ = 54 (à Madame Georges Cocteau) [11:28]

Satierik

Vecchi zecchini e vecchie corazze

Erik Satie (17 maggio 1866 - 1925): Vieux sequins et vieilles cuirasses (1913). Pascal Rogé, pianoforte.

  1. Chez le Marchand d’or (Venise, XIIIe Siècle)
  2. Danse cuirassée (Période grecque) [1:54]
  3. La Défaite des Cimbres (Cauchemar) [2:37]

Chez le Marchand d’or contiene una citazione della scena del vitello d’oro nel Faust di Gounod.
La Danse cuirassée è costruita sul refrain di un canto soldatesco francese, La casquette du père Bugeaud.
Nella Défaite des Cimbres sono citate Malbrough s’en va-t-en guerre e Le bon roi Dagobert.


Satierik

Je te veux – Satie 150

Alcune diverse interpretazioni di Je te veux, valse chantée composta probabilmente nel 1897 da Erik Satie (17 maggio 1866-1925) su testo di Henry Pacory:

J’ai compris ta détresse,
Cher amoureux,
Et je cède à tes vœux:
Fais de moi ta maîtresse.
Loin de nous la sagesse,
Plus de tristesse,
J’aspire à l’instant précieux
Où nous serons heureux:
Je te veux.

Je n’ai pas de regrets
Et je n’ai qu’une envie:
Près de toi là tout près
Vivre toute ma vie.
Que mon corps soit le tien,
Que ta lèvre soit mienne,
Que ton coeur soit le mien
Et que toute ma chair soit tienne.

J’ai compris ta détresse…

Oui, je vois dans tes yeux
La divine promesse
Que ton coeur amoureux
Vient chercher ma caresse.
Enlacés pour toujours,
Brûlant des mêmes flammes
Dans un rêve d’amour
Nous échangerons nos deux âmes.

J’ai compris ta détresse…



Jessye Norman, soprano, con accompagnamento di pianoforte.



Patricia Petibon, soprano, accompagnata da violoncello e pianoforte.



Measha Brueggergosman, soprano, con orchestra (strumentazione di William Bolcom).



Versione per pianoforte solo, eseguita da Pascal Rogé.


Je te veux, 1a edizione (1902)