Le picotin (pas d’avoine)

Claudin de Sermisy (c1490-13 ottobre 1562): En entrant en ung jardin, chanson a 4 voci su testo di Clément Marot. Collegium Vocale Bydgoszcz.

En entrant en ung jardin
Je trouvay Guillot Martin
Avec Helaine
Qui demandoit au matin son picotin
Son beau petit picotin,
Non pas d’avaine.

A donc Guillot luy a dit:
Vous aurez bien ce credit
Quand je seray en alaine.
Mais n’en prenes qu’ung petit.
Car par trop grant appetit
Vient souvent la pance plaine.


Sermisy - En entrant

Annunci

Poires d’angoisse


Claudin de Sermisy (c1490-13 ottobre 1562): Au joly boys, chanson a 4 voci. Ensemble «Clément Janequin».

Au joly boys, en l’ombre d`ung soucy,
M’y fault aller pour passer ma tristesse,


Remply de dueil d’ung souvenir transy,
Menger m’y fault maintes poires d`angoisse,


En ung jardin remply de noires flours
De mes deux yeulx feray larmes et plours.


Fy de lyesse et hardiesse! Regret m’oppresse,
Puis que j’ay perdu mes amours.


Las! trop j`endure, Le temps m’y dure, Je vous asseure:
Soulas, vous n’avez plus de cours!

Non mangio carne di maiale


Claudin de Sermisy (c1490-1562): Je ne menge point de porc, chanson a 4 voci (1538). Simon Lo Castro canta tutte e quattro le parti.
Claudin de Sermisy non mangia carne di maiale e ci spiega perché:
Je ne menge point de porc,
telle que je vois dire:
s’il a mengé cent estrons,
il ne s’en fera que rire.
Il les tourne, il les vire,
il leur rit et puis les mort.
Je ne menge point de porc.
Le porc s’en alloit jouant
tout au long d’une rivière;
il veit ung estron nouant,
il luy print a faire chere
disant en ceste maniere:
“Estron nouant en riviere,
rend toy ou tu es mort.”
Je ne menge point de porc.

Buon martedì grasso 😀

Tant que vivray


Claudin de Sermisy (c1490-1562): Tant que vivray, chanson a 4 voci (1527). Ensemble «Clément Janequin».

Tant que vivray en âge florissant,
Je serviray d’Amours le dieu puissant,
En fais et dictz, en chansons et accords.
Par plusieurs jours m’a tenu languissant,
Mais apres dueil m’a faict resjouyssant,
Car j’ay l’amour de la belle au gent corps.
Son alliance est ma fiance:
Son cueur est mien, mon cueur est sien;
Fy de tristesse, vive lyesse,
Puis qu’en amour a tant de bien.


Quand je la veulx servir et honorer,
Quand par escriptz veulx son nom décorer,
Quand je la veoy et visite souvent,
Les envieulx n’en font que murmurer,
Mais nostre amour n’en sçauroit moins durer:
Aultant ou plus en emporte le vent.
Maulgré envie toute ma vie
Je l’aymeray, et chanteray:
C’est la première, c’est la dernière,
Que j’ay servie et serviray.


Sermisy: Tant que vivray