Jusques à ce que je meure


Antoine Busnois (c1430 – 6 novembre 1492): Le corps s’en va et le cuer vous demeure, rondeau a 3 voci. Ensemble Asteria: Sylvia Rhyne, soprano; Eric Redlinger, tenore e liuto.

  Le corps s’en va et le cueur vous demeure
  Le quel veult faire avec vous sa demeure
  Pour vous vouloir aimer tant et si fort
Que incessament veult mectre son effort
A vous servir jusques à ce que je meure.
Il est vostre pouez estre bien seure
Et de cela tousiours je vous asseure
Combien quatende de mon mal confort.
  Le corps sen va et le cueur vous demeure
  Lequel veult faire avec vous sa demeure
  Pour vous vouloir amer tant et si fort.
Il nest douleur ne dueil qua moy naqueure
Quant il convient que ses maulx je saveure
Et men aller sans avoir resconfort
Aleure que deusse vivre au fort
Mon mal compter que je voi qua ceste heure.
  Le corps s’en va et le cueur vous demeure
  Le quel veult faire avec vous sa demeure
  Pour vous vouloir aimer tant et si fort.


Busnois, Le corps s'en va

Annunci

Un pensiero su “Jusques à ce que je meure

  1. Il grandissimo Antoine Busnois…
    Entro e mi fermo in questa deliziosa meraviglia.
    Queste voci squisite e il suono del liuto…
    Le parole cantate e il manoscritto…
    Ammiro anche il video.

    Grazie grazie, Claudio, per questo tua scelta grande.
    🙂
    gb

    Incanto davvero…

    Liked by 1 persona

Scrivi un commento:

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...