Fanciulla di giorno, di notte bianca cerbiatta

Anonimo: La blanche biche (canto tradizionale diffuso fra Vandea e Normandia). Le Poème Har­monique, dir. Vincent Dumestre.

Celles qui vont au bois
C’est la mère et la fille;

La mère va chantant
Et la fille soupire.

«Qu’avez vous à soupirer,
Ma fille Marguerite?»

«J’ai bien grande ire en moi
Et n’ose vous le dire.

Je suis fille le jour
Et la nuit blanche biche;

La chasse est après moi,
Les barons et les princes.

Et mon frère Renaud
Qui est encore bien pire.

Qu’il arrête ses chiens
Jusqu’à demain ressie.»

«Où sont tes chiens, Renaud,
Et ta chasse gentille?»

«Ils sont dedans le bois
A courre blanche biche.»

«Arrête-les, Renaud,
Arrête, je t’en prie!»

Trois fois les a cornés
De son cornet de cuivre.

A la troisième fois
La blanche biche est prise.

Celui qui la dépouille
Dit «je ne sais que dire,

Elle a les cheveux blonds
Et le sein d’une fille!»

A tiré son couteau,
En quartiers il l’a mise.

En ont fait un dîner
Aux barons et aux princes.

«Nous voici tous ici
Faut ma sœur Marguerite.»

«Vous n’avez qu’à manger,
Suis la première assise.

Ma tête est dans le plat
Et mon cœur aux chevilles.

Mon sang est répandu
Par toute la cuisine.

Et sur vos noirs charbons
Mes pauvres os y grillent.»


Annunci

Un pensiero su “Fanciulla di giorno, di notte bianca cerbiatta

Scrivi un commento:

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...