In cammino


Augusta Holmès (1847-1903): En chemin; testo probabilmente della compositrice. Hélène Lindqvist, soprano; Philipp Vogler, pianoforte.

O voyageur qui si tristement
Chemines dans la nuit brune
Livre ton coeur à l’enchantement
Du rêve et du clair de lune.
Vois! les Elfes autour de toi,
Fleurissent la clairière;
Prends ce lys de lumière:
C’est ton sceptre de roi!

Non, je ne veux rien, rien du monde
Que les cheveux d’or de ma blonde!

O voyageur entends ces accords
Qui mêlent en des rafales,
La voix magique et tendre des cors
Et les harpes triomphales.
Celle qui t’apparait làbas,
De frais glaieuls coiffée,
C’est Morgana la fée!
Ouvre lui tes deux bras!

Non, je ne veux rien, rien du monde
Que les yeux profonds de ma blonde!

O voyageur, un fleuve d’azur,
Où nagent des formes blanches
Sous les clartès du ciel sobre et pur
Scintille à travers les branches.
Sur la rive où le flot pali
En murmurant dèferle,
Dans des coupes de perle
Bois la paix et l’oubli!

Non, je ne veux rien, rien du monde
Que les chers baisers de ma blonde!